Accueil > Agenda > Expositions virtuelles > Destruction - Reconstruction de la BU


Situation de l'ancienne bibliothèque en 1944 et destructions

Avant le chaos: la bibliothèque au début du 20e siècle


Depuis sa création officielle, le 23 août 1879, la Bibliothèque Universitaire de Caen était logée dans des locaux de fortune, provisoires, inadaptés et exigus : au cours des années 1880, « la salle de lecture mal éclairée, mal aérée, pouvait à peine contenir 18 lecteurs » (source: rapport du Conseil de l'Université).

En 1901, pour le Conseil de l’Université, l’édification d’une Bibliothèque est une priorité : « La principale question est l’achèvement du Palais de l’Université, par la construction d’une quatrième aile en bordure de la rue Saint-Sauveur… devenue nécessaire pour donner à la Bibliothèque les locaux qui lui manquent actuellement »

En 1902, néanmoins assuré de subventions de la part du Conseil Général du Calvados et de la ville de Caen « qui ne recule devant aucun sacrifice pour soutenir sa renommée de cité amie des Arts et des sciences… » le Conseil de l’Université s’alarme auprès du Ministère de l’instruction publique : « Nous n’avons de place que pour deux ans au plus… La situation est critique… Il faut qu’en 1904 les nouveaux bâtiments soient prêts »

Le 4 octobre 1903 a lieu la cérémonie de la pose de la première pierre de la Bibliothèque par le Ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts, Joseph Chaumié qui, le même jour, pose la première pierre de l’Hôpital Cléménceau et inaugure l’Ecole Normale Supérieure.

1904 : « Faut-il s’étonner que les rayons soient combles et les salles trop restreintes ?.... Heureusement la construction que l’Université a pu entreprendre, grâce au généreux concours de l’Etat, du Département et de la Ville est très avancée ; le gros œuvre est terminé… »

En 1905, le Conseil de l’Université s’impatiente et se lamente : « Ils [les livres] envahissent le haut des meubles, quand ils n’encombrent pas les parquets »

Univesrité de Caen Le 30 avril 1906 a lieu l'inauguration officielle de la Bibliothèque universitaire, œuvre de l’architecte départemental Henri-Charles DEGUERNEL (1856-1916) : spacieux et de belle facture, le bâtiment d’une longueur de 44 mètres est suffisamment vaste pour abriter 300 000 volumes sur 3 étages. La salle de lecture, lumineuse et spacieuse (longue de 22 mètres et d’une hauteur de plafond de 6 mètres) peut accueillir plus de 100 lecteurs.


Le Conseil de l’Université ne tarit pas d’éloges sur la nouvelle construction, en 1908, dans son rapport au Ministère :
« Notre Bibliothèque Universitaire est un précieux instrument de travail : ses locaux sont admirablement aménagés : notre regretté Recteur [Edgar Zevort] avait consacré ses efforts et ses soins à assurer, dans les meilleures conditions possibles leur construction et leur installation… Le résultat obtenu est excellent, sans que le chiffre prévu pour les dépenses ait été dépassé. »

Car la nouvelle bibliothèque, « certainement la partie la mieux aménagée du palais des Facultés » est un lieu de vie où se rencontrent quotidiennement étudiants et professeurs ; pour ces derniers, c’est le « Centre de notre vie commune » [1914] ou encore de « Foyer de la vie intellectuelle de l’ Université » [1922]
 
 
Dans Le Mois à Caen, Robert Carabie raconte :
« Quand j’évoque mes nombreuses séances de lecture à la Bibliothèque, deux séries d’images me reviennent plus spécialement en mémoire. 
Ce sont d’abord les fins d’après-midi d’hiver, alors que les rangées de lampes alignées sur les tables dessinaient de multiples zones lumineuses, autour desquelles les étudiants se rassemblaient en groupes studieux.

Ce sont aussi, les vendredis matin, quand le beau temps permettait d’ouvrir les fenêtres au soleil, les rumeurs du marché Saint-Sauveur envahissant la salle de la Bibliothèque ; 

salle de lectureet, plus particulièrement, résonnent encore à mes oreilles, après tant d’années, les propos assez verts et les interpellations vigoureuses des marchandes de poisson, dont les baladeuses s’alignaient alors en haut de la rue Demolombe : curieuse confrontation des nourritures matérielles et des nourritures intellectuelles ! » (source: « L'Ancien palais de l'Université: souvenirs d'avant-guerre » par Robert carabie , in «Le mois à Caen», juin 1968, n°66)





1944: la bibliothèque sinistrée

Le 7 juillet 1944, 22h07, les aiguilles des pendules de l’Université, touchée par le bombardement précédant l’entrée des Alliés dans Caen le 9, se figent définitivement.


« De là [place Guillouard] nous apercevons tout à coup un ciel immensément rouge dans la direction de la place St Sauveur. On nous dit que la Faculté est en flammes. Hélas ! C’était vrai !... Nous y courons [au couvent des Bénédictines] en remontant par la rue Demolombe. Déjà nous sentons la chaleur dégagée par l’incendie de la Faculté, devenue un brasier formidable… »

(source: Jean-Marie Girault, lycéen à l’institution Sainte-Marie, membre des Equipes d’Urgence de la Croix-Rouge française et futur maire de Caen. Mon été 44 : les ruines de l’adolescence)


« Plus grave encore que la destruction des murs, l’anéantissement des collections de la Bibliothèque universitaire posait pour l’enseignement futur un problème majeur. »
(source: Jean Yver « L’Université de Caen », Etudes normandes, 1954, n° 37)


Pour une population de 1000 étudiants, la Bibliothèque conservait 300 000 volumes
- 225 000 volumes ou brochures
- 56 manuscrits
- 650 périodiques

Sans compter les bibliothèques de 3 sociétés savantes locales, en dépôt à la Bibliothèque Universitaire  :
- La Société Linnéenne de Normandie
- La Société de Médecine de Caen et de Basse-Normandie
- La Société des Antiquaires de Normandie


Reconstruction de l’Université

Reconstitution des collections

Inauguration en 1957


Télécharger la page

Dernière modification : 17 mai 2019



UNICAEN
Université de Caen Normandie
Esplanade de la Paix | CS 14032 | 14032 CAEN cedex 5